formularioHidden
formularioRDF
Login

 

Buscar en La Rioja Turismo close

EMPIEZA A TECLEAR...

TU BÚSQUEDA NO HA OBTENIDO NINGÚN RESULTADO.

Panel Information

Utilizamos cookies propias y de terceros para mejorar la experiencia de navegación y ofrecer contenidos de interés. Al continuar con la navegación entendemos que se acepta nuestra política de cookies.

Voir et à faire

facetas
filter_listFiltrar

visualisation

284 résultats

...

Santo Domingo de la Calzada

Esta plaza, que siempre ha estado porticada, surgió a partir del siglo XVI. En sus inicios y hasta el siglo XIX era conocida como 'Plaza Nueva' al ser la última plaza construida intramuros; y a partir de entonces empezó a denominarse ''Plaza de la Verdura' porque a este emplazamiento fueron desplazados desde la Plaza del Santo los comerciantes de verduras.

La fuente situada en la confluencia con la calle Isidoro Salas, fue mandada construir por el Corregidor Fernández de Ocampo, para abastecimiento de la población en el año 1799. Procede del barrio conocido como La Puebla y se abastecía del agua procedente de la Fuente de los Mártires, próxima a Gallinero. Las encinas que pueblan la plaza recuerdan el antiguo bosque que se extendía por todo el término municipal. Una hoz cortando una encina, constituye uno de los símbolos del escudo de la ciudad.

La plaza sirve de lugar de reunión y descanso para los miles de peregrinos que llegan durante todo el año a la ciudad ya que en ella se encuentra la Casa de la Cofradía del Santo y Albergue de Peregrinos.

Santo Domingo de la Calzada

Esta plaza, que siempre ha estado porticada, surgió a partir del siglo XVI. En sus inicios y hasta el siglo XIX era conocida como 'Plaza Nueva' al ser la última plaza construida intramuros; y a partir de entonces empezó a denominarse ''Plaza de la Verdura' porque a este emplazamiento fueron desplazados desde la Plaza del Santo los comerciantes de verduras.

La fuente situada en la confluencia con la calle Isidoro Salas, fue mandada construir por el Corregidor Fernández de Ocampo, para abastecimiento de la población en el año 1799. Procede del barrio conocido como La Puebla y se abastecía del agua procedente de la Fuente de los Mártires, próxima a Gallinero. Las encinas que pueblan la plaza recuerdan el antiguo bosque que se extendía por todo el término municipal. Una hoz cortando una encina, constituye uno de los símbolos del escudo de la ciudad.

La plaza sirve de lugar de reunión y descanso para los miles de peregrinos que llegan durante todo el año a la ciudad ya que en ella se encuentra la Casa de la Cofradía del Santo y Albergue de Peregrinos.

...

Santo Domingo de la Calzada

Se encuentra frente a la Catedral, en el centro del Casco Antiguo. Como se ha señalado, en esta plaza se concentraron en un principio las instituciones más importantes: el Hospital de Peregrinos, la Catedral y las antiguas las dependencias del Concejo, con su cárcel.

El antiguo Hospital de Peregrinos, se sabe que fue levantado por el eremita Domingo en la segunda mitad del siglo XI y para su realización requirió gran cantidad de madera que decidió pedírsela a los vecinos del poblado de Ayuela, situado a 3 km en dirección Sur. Estos se negaron, autorizándole a que cortara todo lo que pudiera con la hoz que llevaba colgada en su cinturón. Fue entonces cuando Domingo cortó los árboles suficientes para la construcción del hospital. Permaneció en activo hasta que en 1840 se trasladara al Convento de San Francisco y a partir de ese año fue morada de diversas familias y de la Cofradía del Santo. En 1965 se rehabilitó para Parador de Nacional de Turismo, el cual sigue funcionando en la actualidad.

Santo Domingo de la Calzada

Se encuentra frente a la Catedral, en el centro del Casco Antiguo. Como se ha señalado, en esta plaza se concentraron en un principio las instituciones más importantes: el Hospital de Peregrinos, la Catedral y las antiguas las dependencias del Concejo, con su cárcel.

El antiguo Hospital de Peregrinos, se sabe que fue levantado por el eremita Domingo en la segunda mitad del siglo XI y para su realización requirió gran cantidad de madera que decidió pedírsela a los vecinos del poblado de Ayuela, situado a 3 km en dirección Sur. Estos se negaron, autorizándole a que cortara todo lo que pudiera con la hoz que llevaba colgada en su cinturón. Fue entonces cuando Domingo cortó los árboles suficientes para la construcción del hospital. Permaneció en activo hasta que en 1840 se trasladara al Convento de San Francisco y a partir de ese año fue morada de diversas familias y de la Cofradía del Santo. En 1965 se rehabilitó para Parador de Nacional de Turismo, el cual sigue funcionando en la actualidad.

...

Sojuela

Au cœur d'un bois de pins, sur les hauteurs de Moncalvilla, se cache un trésor de glace. Il s'agit d'un écomusée de montagne, où cinq glacières de la fin du 16e siècle ont été restaurées. Elles fournissaient de glace la ville de Logroño. Une histoire de neige et de glace à découvrir au nouveau centre d'interprétation de la Maison de la Neige de Moncalvillo, implanté sur la commune de Sojuela.

Pour voir les glacières, un sentier balisé vous emmènera pour une randonnée de 2 heures jusqu'à 1400 m d'altitude. D'autres itinéraires plus faciles ont été également aménagés sur le thème Forêts et traditions aux alentours de Sojuela.

La route de la glace passe par les villages de la sierra de Moncalvillo et par les rochers de l'Iregua, jusqu'à Nalda, où une glacière monumentale creusée à même la roche se trouve à 2 km du village. Pour la découvrir, contacter l'association PANAL et son centre d'information, de documentation et de recherche sur le patrimoine, à La Casita (+34 941 446 093/+34 650 572 127)

Activités :
Randonnée et expériences sur la glace. Visites guidées pour les groupes et les scolaires

Contenu :
Renseignements (panneaux et fiches de présentation) :
Réseau de sentiers de Maison de la Neige de Moncalvillo :

- Sentier des glacières
- Sentier du meunier
- Sentier des muletiers
- Sentier de la Hermedaña

Bibliothèque et documentation :
- Bibliothèque de consultation sur les glacières, l'architecture traditionnelle en pierres sèches, les usages traditionnels de la glace.

- Document provenant des archives municipales de la ville de Logroño, et témoignant de l'accord de construction de la Maison de la Neige à Moncalvillo, le 27 janvier 1597, et divers documents sur la gestion de la glace dans la ville.

Exposition :
Panneaux d'information et d'interprétation sur le paysage glacières et sur la chronologie du froid, les paysages de la Mesta et la transhumance ainsi que sur les paysages de la sierra de Moncalvillo.

Atelier

Réalisation d'expériences avec la glace, comme la fabrication de crème glacée

Projection audiovisuelle.

Sojuela

Au cœur d'un bois de pins, sur les hauteurs de Moncalvilla, se cache un trésor de glace. Il s'agit d'un écomusée de montagne, où cinq glacières de la fin du 16e siècle ont été restaurées. Elles fournissaient de glace la ville de Logroño. Une histoire de neige et de glace à découvrir au nouveau centre d'interprétation de la Maison de la Neige de Moncalvillo, implanté sur la commune de Sojuela.

Pour voir les glacières, un sentier balisé vous emmènera pour une randonnée de 2 heures jusqu'à 1400 m d'altitude. D'autres itinéraires plus faciles ont été également aménagés sur le thème Forêts et traditions aux alentours de Sojuela.

La route de la glace passe par les villages de la sierra de Moncalvillo et par les rochers de l'Iregua, jusqu'à Nalda, où une glacière monumentale creusée à même la roche se trouve à 2 km du village. Pour la découvrir, contacter l'association PANAL et son centre d'information, de documentation et de recherche sur le patrimoine, à La Casita (+34 941 446 093/+34 650 572 127)

Activités :
Randonnée et expériences sur la glace. Visites guidées pour les groupes et les scolaires

Contenu :
Renseignements (panneaux et fiches de présentation) :
Réseau de sentiers de Maison de la Neige de Moncalvillo :

- Sentier des glacières
- Sentier du meunier
- Sentier des muletiers
- Sentier de la Hermedaña

Bibliothèque et documentation :
- Bibliothèque de consultation sur les glacières, l'architecture traditionnelle en pierres sèches, les usages traditionnels de la glace.

- Document provenant des archives municipales de la ville de Logroño, et témoignant de l'accord de construction de la Maison de la Neige à Moncalvillo, le 27 janvier 1597, et divers documents sur la gestion de la glace dans la ville.

Exposition :
Panneaux d'information et d'interprétation sur le paysage glacières et sur la chronologie du froid, les paysages de la Mesta et la transhumance ainsi que sur les paysages de la sierra de Moncalvillo.

Atelier

Réalisation d'expériences avec la glace, comme la fabrication de crème glacée

Projection audiovisuelle.

...

Sojuela

Tout proche de Logroño, et bénéficiant de vues magnifiques, le Golf de Sojuela compte 18 trous et Par 72. Parcours varié et compensé, avec tees sur plateformes élevées pour faciliter la maîtrise visuelle du trou. Quatre lacs reliés par des canaux animent le paysage et s'intègrent au jeu.

Sojuela

Tout proche de Logroño, et bénéficiant de vues magnifiques, le Golf de Sojuela compte 18 trous et Par 72. Parcours varié et compensé, avec tees sur plateformes élevées pour faciliter la maîtrise visuelle du trou. Quatre lacs reliés par des canaux animent le paysage et s'intègrent au jeu.

...

Torrecilla en Cameros

Le Centre de l'émigration riojane a pour vocation de cultiver le souvenir du phénomène de l'immigration riojane contemporaine, dont le point culminant s'est produit entre 1930 et 1950.

Contenu
cet espace est le résultat d'un travail rigoureux de collecte et de classement de documents gracieusement donnés au centre tant par des organismes riojans que par les émigrants et leurs familles. De même, le centre conserve des documents, des informations et différents articles rassemblés à l'occasion de plusieurs expositions, telles que « Le voyage des rêves », adaptée pour son installation dans le centre.

Origine du centre
Le phénomène de l'émigration constitue un élément essentiel pour comprendre l'histoire récente de La Rioja ; il constitue une véritable mémoire vive. Le témoignage de ceux qui, un jour, durent émigrer et quitter la terre de leurs aïeux en quête d'un avenir meilleur à jouer un rôle essentiel dans la constitution du Centre de l'émigration riojane.

Ainsi, le centre a été implanté dans une commune ayant connu intensément un tel phénomène sociologique. Dans ce sens, la sierra de Cameros, qui a vu partir un grand nombre de ses habitants, accueille aujourd'hui de nombreux visiteurs.

Ces deux réalités, qui partagent le même espace mais pas la même époque, font de Torrecilla en Cameros le site idéal pour accueillir le Centre de l'émigration. C'est l'ancienne église du couvent de la Purísima Concepción de San Francisco, au numéro 1 de la place Coronel Urutia, qui a été retenue pour abriter le centre.

Après restauration, le bâtiment dispose de trois niveaux. Le rez-de-chaussée comprend le hall d'accueil, une salle centrale et une aile latérale destinées à l'exposition principale. Au premier étage, ont été aménagé un espace polyvalent et une cyberthèque tandis que le deuxième étage dispose d'une salle polyvalente avec zone de documentation et bibliothèque.

Exposition
L'exposition est conçue pour familiariser le public avec cette réalité complexe et contient des documents et matériels concernant les aspects suivants :

La réalité de la société riojane à la fin du 19e et au début du 20e,
lors de la principale vague migratoire de la région. La section analyse la réalité sociale de l'époque et détails les raisons personnelles et familiales qui mènent les habitants à émigrer.

Les vicissitudes du voyage vers les différentes destinations des émigrants riojans : moyen de transport utilisé, durée, etc.

Les sociétés d'accueil. La situation que trouver les émigrants en arrivant à destination (principalement en Argentine et au Chili), la création d'associations de riojans, etc.

L'apport des émigrants à La Rioja. Influence des « indianos » (émigrants revenus au pays) sur la construction dans La Rioja. Architecture spécifique et autres apports matériels et psychologiques.

Galerie de photos du centre, ici.

Torrecilla en Cameros

Le Centre de l'émigration riojane a pour vocation de cultiver le souvenir du phénomène de l'immigration riojane contemporaine, dont le point culminant s'est produit entre 1930 et 1950.

Contenu
cet espace est le résultat d'un travail rigoureux de collecte et de classement de documents gracieusement donnés au centre tant par des organismes riojans que par les émigrants et leurs familles. De même, le centre conserve des documents, des informations et différents articles rassemblés à l'occasion de plusieurs expositions, telles que « Le voyage des rêves », adaptée pour son installation dans le centre.

Origine du centre
Le phénomène de l'émigration constitue un élément essentiel pour comprendre l'histoire récente de La Rioja ; il constitue une véritable mémoire vive. Le témoignage de ceux qui, un jour, durent émigrer et quitter la terre de leurs aïeux en quête d'un avenir meilleur à jouer un rôle essentiel dans la constitution du Centre de l'émigration riojane.

Ainsi, le centre a été implanté dans une commune ayant connu intensément un tel phénomène sociologique. Dans ce sens, la sierra de Cameros, qui a vu partir un grand nombre de ses habitants, accueille aujourd'hui de nombreux visiteurs.

Ces deux réalités, qui partagent le même espace mais pas la même époque, font de Torrecilla en Cameros le site idéal pour accueillir le Centre de l'émigration. C'est l'ancienne église du couvent de la Purísima Concepción de San Francisco, au numéro 1 de la place Coronel Urutia, qui a été retenue pour abriter le centre.

Après restauration, le bâtiment dispose de trois niveaux. Le rez-de-chaussée comprend le hall d'accueil, une salle centrale et une aile latérale destinées à l'exposition principale. Au premier étage, ont été aménagé un espace polyvalent et une cyberthèque tandis que le deuxième étage dispose d'une salle polyvalente avec zone de documentation et bibliothèque.

Exposition
L'exposition est conçue pour familiariser le public avec cette réalité complexe et contient des documents et matériels concernant les aspects suivants :

La réalité de la société riojane à la fin du 19e et au début du 20e,
lors de la principale vague migratoire de la région. La section analyse la réalité sociale de l'époque et détails les raisons personnelles et familiales qui mènent les habitants à émigrer.

Les vicissitudes du voyage vers les différentes destinations des émigrants riojans : moyen de transport utilisé, durée, etc.

Les sociétés d'accueil. La situation que trouver les émigrants en arrivant à destination (principalement en Argentine et au Chili), la création d'associations de riojans, etc.

L'apport des émigrants à La Rioja. Influence des « indianos » (émigrants revenus au pays) sur la construction dans La Rioja. Architecture spécifique et autres apports matériels et psychologiques.

Galerie de photos du centre, ici.

Los Cameros

tipo de documento Endroits visitables

...

Torrecilla en Cameros

Los Cameros, tierra de contrastes, parecen especialmente diseñados para aventureros y para los que buscan recodos de paz. Cameros Nuevo, cuyo corazón es el Parque Natural de Sierra Cebollera, es un vergel de robles y hayedos regados por el Iregua. Recorre sus numerosos caminos y descubre sus bosques. Posa tu mochila en sus acogedores alojamientos rurales.

El GR 93 entra en Cameros Nuevo por la localidad de Ortigosa, donde hay que visitar las cuevas de la Paz y de la Viña, acondicionadas para el turismo, con espectaculares formaciones de hace millones de años.

Y si quieres divertirte en el Club Náutico El Rasillo del embalse González Lacasa puedes hacer piragüismo o windsurf.

Camero Viejo se diferencia del Nuevo por su aridez y soledad, con impresionantes bancales abandonados llenos de matorral.

Disfruta del silencio en el sobrecogedor cañón del Río Leza. Asómate a sus “gargantas” entre Soto en Cameros y Leza del Río Leza y disfruta del vuelo de los buitres leonados entre sus espectaculares paredes rojizas. Practica el barranquismo. ¿Dónde mejor que aquí?

En Camero Viejo queda un reducido número de dehesas con encinas y robles utilizadas de forma comunal. Visita las localidades de Torre en Cameros y San Román de Cameros, prueba el famoso queso camerano y pregunta por ellas. Y aún te quedará mucho por descubrir, como los antiguos oficios de cestero o escriñero de San Román.

En el cauce del Jubera impresionan las rapaces sobre sus roquedos calizos. Desde el puente de Jubera podrás volar con el puenting.

Avistar águilas reales y perdiceras, buitres leonados, halcones o búhos es un espectáculo desde las Peñas de Iregua, Leza y Jubera. Completa tu aventura escalando la Peña Zapatero de Nieva de Cameros o la Peña Amarilla de Leza del Río Leza.           

Torrecilla en Cameros

Los Cameros, tierra de contrastes, parecen especialmente diseñados para aventureros y para los que buscan recodos de paz. Cameros Nuevo, cuyo corazón es el Parque Natural de Sierra Cebollera, es un vergel de robles y hayedos regados por el Iregua. Recorre sus numerosos caminos y descubre sus bosques. Posa tu mochila en sus acogedores alojamientos rurales.

El GR 93 entra en Cameros Nuevo por la localidad de Ortigosa, donde hay que visitar las cuevas de la Paz y de la Viña, acondicionadas para el turismo, con espectaculares formaciones de hace millones de años.

Y si quieres divertirte en el Club Náutico El Rasillo del embalse González Lacasa puedes hacer piragüismo o windsurf.

Camero Viejo se diferencia del Nuevo por su aridez y soledad, con impresionantes bancales abandonados llenos de matorral.

Disfruta del silencio en el sobrecogedor cañón del Río Leza. Asómate a sus “gargantas” entre Soto en Cameros y Leza del Río Leza y disfruta del vuelo de los buitres leonados entre sus espectaculares paredes rojizas. Practica el barranquismo. ¿Dónde mejor que aquí?

En Camero Viejo queda un reducido número de dehesas con encinas y robles utilizadas de forma comunal. Visita las localidades de Torre en Cameros y San Román de Cameros, prueba el famoso queso camerano y pregunta por ellas. Y aún te quedará mucho por descubrir, como los antiguos oficios de cestero o escriñero de San Román.

En el cauce del Jubera impresionan las rapaces sobre sus roquedos calizos. Desde el puente de Jubera podrás volar con el puenting.

Avistar águilas reales y perdiceras, buitres leonados, halcones o búhos es un espectáculo desde las Peñas de Iregua, Leza y Jubera. Completa tu aventura escalando la Peña Zapatero de Nieva de Cameros o la Peña Amarilla de Leza del Río Leza.           

...

Torrecilla en Cameros

Le site de Peñaclara se trouve à 800 m d'altitude dans la commune de Torrecilla en Cameros (La Rioja), entre la route nationale N-111 et l'Iregua, à 29 km de Logroño.

La structure géologique de cette région, à mi-chemin entre la cordillère Cantabrique et les Pyrénées, est extrêmement complexe. Elle présente une superposition de couches structurelles de deux orogenèses différentes : l'hercynien et le tertiaire.

Torrecilla en Cameros

Le site de Peñaclara se trouve à 800 m d'altitude dans la commune de Torrecilla en Cameros (La Rioja), entre la route nationale N-111 et l'Iregua, à 29 km de Logroño.

La structure géologique de cette région, à mi-chemin entre la cordillère Cantabrique et les Pyrénées, est extrêmement complexe. Elle présente une superposition de couches structurelles de deux orogenèses différentes : l'hercynien et le tertiaire.

...

Torremontalbo

La tour fortifiée des Zuñiga, carrée et en pierre de taille, prend place dans un ensemble intéressant constitué du palais, de l'église et des jardins.
Époque : 14e et 15e siècles
Propriété : privée. Condes de Hervías
Visites : non

Torremontalbo

La tour fortifiée des Zuñiga, carrée et en pierre de taille, prend place dans un ensemble intéressant constitué du palais, de l'église et des jardins.
Époque : 14e et 15e siècles
Propriété : privée. Condes de Hervías
Visites : non

...

Treviana

Le Centre de l'art roman de Treviana est le point de rencontre. Le voyage commence à la casa de postas. où le visiteur trouve un grand choix de ressources pour bien comprendre le patrimoine de la route à suivre. Ces endroits sont le véritable objectif de notre aventure.

Le Centre d'art roman possède notamment :

  • Une salle multimédia dans laquelle un magnifique audiovisuel est projeté.
  • Une salle d'exposition, avec panneaux d'information, éléments de taille de pierre et une zone pour ateliers.
  • Une salle de documentation avec une bibliothèque complète dédiée au Moyen-Âge en général et à l'art roman en particulier.
  • Une salle virtuelle sur le site www.riojaromanica.com

Treviana

Le Centre de l'art roman de Treviana est le point de rencontre. Le voyage commence à la casa de postas. où le visiteur trouve un grand choix de ressources pour bien comprendre le patrimoine de la route à suivre. Ces endroits sont le véritable objectif de notre aventure.

Le Centre d'art roman possède notamment :

  • Une salle multimédia dans laquelle un magnifique audiovisuel est projeté.
  • Une salle d'exposition, avec panneaux d'information, éléments de taille de pierre et une zone pour ateliers.
  • Une salle de documentation avec une bibliothèque complète dédiée au Moyen-Âge en général et à l'art roman en particulier.
  • Une salle virtuelle sur le site www.riojaromanica.com

...

Tricio

Voici le monument religieux le plus ancien de La Rioja. Mausolée romain datant du 3e siècle à l'origine, il est devenu basilique chrétienne au 5e siècle, avec réutilisation d'éléments architecturaux issus de l'ancienne cité romaine de Tritium Megallum, Tricio la Grande, qui comprenait le village actuel de Tricio, et les localités proches telles que Nájera.

Sous le sol de la basilique ont été découvertes des tombes paléochrétiennes du 5e et du 6e siècle, plusieurs sarcophages romains du 1er au 3e s. de notre ère réutilisés, et d'autres sépultures médiévales, outre des stèles funéraires romaines et une autre paléochrétienne. Le chevet présente encore des restes de peintures romanes de la fin du 12e siècles, recouvrant les peintures paléochrétiennes originales du 5e siècle.

L'édifice présente une structure de basilique traditionnelle, avec un plan longitudinal à trois nefs et un chevet quadrangulaire. Les nefs latérales sont séparées de la nef centrale par des arcades s'appuyant sur des colonnes corinthiennes formées de fragments de colonnes romaines datées du 1er siècle. L'intérieur de la basilique fut recouvert au 18e siècle de motifs en plâtre de style baroque. La statue de la Virgen de Arcos, vierge noire préromane du 11e est conservée dans l'église paroissiale de Tricio.

Tricio

Voici le monument religieux le plus ancien de La Rioja. Mausolée romain datant du 3e siècle à l'origine, il est devenu basilique chrétienne au 5e siècle, avec réutilisation d'éléments architecturaux issus de l'ancienne cité romaine de Tritium Megallum, Tricio la Grande, qui comprenait le village actuel de Tricio, et les localités proches telles que Nájera.

Sous le sol de la basilique ont été découvertes des tombes paléochrétiennes du 5e et du 6e siècle, plusieurs sarcophages romains du 1er au 3e s. de notre ère réutilisés, et d'autres sépultures médiévales, outre des stèles funéraires romaines et une autre paléochrétienne. Le chevet présente encore des restes de peintures romanes de la fin du 12e siècles, recouvrant les peintures paléochrétiennes originales du 5e siècle.

L'édifice présente une structure de basilique traditionnelle, avec un plan longitudinal à trois nefs et un chevet quadrangulaire. Les nefs latérales sont séparées de la nef centrale par des arcades s'appuyant sur des colonnes corinthiennes formées de fragments de colonnes romaines datées du 1er siècle. L'intérieur de la basilique fut recouvert au 18e siècle de motifs en plâtre de style baroque. La statue de la Virgen de Arcos, vierge noire préromane du 11e est conservée dans l'église paroissiale de Tricio.

...

Ventosa

L'église San Saturnino de Ventosa trône au sommet de la butte sur laquelle le bourg est construit. Bâtiment en pierre de taille plan en croix latine et chevet rectangulaire regardant vers le levant, nef unique. À ses pieds, adossé à la façade nord, un clocher de briques, carré et terminé par une pyramide à huit faces a été construit au 17e siècle sur une base en pierre de taille appartenant à une structure plus ancienne.

Le grand retable, composé d'un entablement et de deux corps répartis en cinq travées, fut terminé au 17e siècle. Œuvre conjointe de l'architecte Martin de Nalde et du sculpteur Antonio de Zárraga, il est dédié à San Saturnino pour le premier corps et à la Vierge Marie pour le deuxièmement. On y voit une représentation de la Sainte Trinité au couronnement et les quatre évangélistes au pied. Parmi les images religieuses du culte, soulignons les statues du Christ gisant du 14e siècle, San Roque du 16e siècle et Saint Jean Baptiste (du 18e siècle).

Ventosa

L'église San Saturnino de Ventosa trône au sommet de la butte sur laquelle le bourg est construit. Bâtiment en pierre de taille plan en croix latine et chevet rectangulaire regardant vers le levant, nef unique. À ses pieds, adossé à la façade nord, un clocher de briques, carré et terminé par une pyramide à huit faces a été construit au 17e siècle sur une base en pierre de taille appartenant à une structure plus ancienne.

Le grand retable, composé d'un entablement et de deux corps répartis en cinq travées, fut terminé au 17e siècle. Œuvre conjointe de l'architecte Martin de Nalde et du sculpteur Antonio de Zárraga, il est dédié à San Saturnino pour le premier corps et à la Vierge Marie pour le deuxièmement. On y voit une représentation de la Sainte Trinité au couronnement et les quatre évangélistes au pied. Parmi les images religieuses du culte, soulignons les statues du Christ gisant du 14e siècle, San Roque du 16e siècle et Saint Jean Baptiste (du 18e siècle).

...

Viguera

Situé à l'intérieur de grottes, dans un ravin étroit et dissimulé par un épais bois de pins et de broussailles. Grotte los Moros Vestiges de murailles et de fenêtres à mi-hauteur du rocher.
Époque : 12e et 14e siècles
Propriété : privée
Visites : entrée libre

Viguera

Situé à l'intérieur de grottes, dans un ravin étroit et dissimulé par un épais bois de pins et de broussailles. Grotte los Moros Vestiges de murailles et de fenêtres à mi-hauteur du rocher.
Époque : 12e et 14e siècles
Propriété : privée
Visites : entrée libre

filter_list

Filtrar

close

Trouvez

facetas