formularioHidden
formularioRDF
Login

 

Buscar en La Rioja Turismo close

EMPIEZA A TECLEAR...

TU BÚSQUEDA NO HA OBTENIDO NINGÚN RESULTADO.

Panel Information

Utilizamos cookies propias y de terceros para mejorar la experiencia de navegación y ofrecer contenidos de interés. Al continuar con la navegación entendemos que se acepta nuestra política de cookies.

La Rioja Turismo

facetas
filter_listFiltrar

279 résultats

...

Arnedillo

Situé dans l'ancien bâtiment de la carrière, à 800 m d'Arnedillo. C'est un centre d'interprétation et d'observation du vautour fauve, le seul d'Europe.

En l'an 2000, le centre a reçu le premier prix du « Tourisme durable dans un espace naturel protégé », décerné par EUROPARC-Espagne (Association Européenne des Parcs Naturels).

Du centre, les visiteurs peuvent observer en direct le comportement de la colonie de vautours fauves et de leur petits, grâce à un écran qui affiche les images émises par une caméra télécommandée installée dans les rochers.

Le centre accueille une exposition complète sur la biologie de la faune sauvage présente dans la zone, avec une mention spéciale pour le vautour fauve. De même, le centre offre la possibilité d'observer les différents habitats du site au télescope ou à la jumelle.

Arnedillo

Situé dans l'ancien bâtiment de la carrière, à 800 m d'Arnedillo. C'est un centre d'interprétation et d'observation du vautour fauve, le seul d'Europe.

En l'an 2000, le centre a reçu le premier prix du « Tourisme durable dans un espace naturel protégé », décerné par EUROPARC-Espagne (Association Européenne des Parcs Naturels).

Du centre, les visiteurs peuvent observer en direct le comportement de la colonie de vautours fauves et de leur petits, grâce à un écran qui affiche les images émises par une caméra télécommandée installée dans les rochers.

Le centre accueille une exposition complète sur la biologie de la faune sauvage présente dans la zone, avec une mention spéciale pour le vautour fauve. De même, le centre offre la possibilité d'observer les différents habitats du site au télescope ou à la jumelle.

...

Clavijo

Un peu écarté par rapport au Chemin, à quelque 15 km de Logroño, se trouvent les vestiges du château rocheux de Clavijo, site d'une bataille au cours de laquelle l'apôtre saint Jacques serait apparu, monté sur un cheval blanc.


La légende veut que la bataille ait été provoquée par Ramiro Ier pour en finir avec l'ignominieux Tribut des cent demoiselles, lesquelles devaient être remises tous les ans à l'émir de Cordoue en vertu d'un pacte de non-agression. L'intervention de saint Jacques entraîna la victoire des chrétiens et, en guise de remerciement, Ramiro Ier prononça, le 25 mai 834 à Calahorra, le Vœu de Saint-Jacques par lequel tous les paysans du nord de la péninsule ibérique étaient tenus de payer une dîme de céréales à la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Clavijo

Un peu écarté par rapport au Chemin, à quelque 15 km de Logroño, se trouvent les vestiges du château rocheux de Clavijo, site d'une bataille au cours de laquelle l'apôtre saint Jacques serait apparu, monté sur un cheval blanc.


La légende veut que la bataille ait été provoquée par Ramiro Ier pour en finir avec l'ignominieux Tribut des cent demoiselles, lesquelles devaient être remises tous les ans à l'émir de Cordoue en vertu d'un pacte de non-agression. L'intervention de saint Jacques entraîna la victoire des chrétiens et, en guise de remerciement, Ramiro Ier prononça, le 25 mai 834 à Calahorra, le Vœu de Saint-Jacques par lequel tous les paysans du nord de la péninsule ibérique étaient tenus de payer une dîme de céréales à la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle.

...

Ortigosa de Cameros

Elles se trouvent sur le mont Encinedo. Pour accéder à l'entrée des grottes, il faut traverser le pont de fer à pied depuis la chapelle Santa Lucía. On peut aussi y arriver en empruntant le sentier des Escalerones qui part de la place du village.

Ce sont les seules grottes aménagées pour la visite de La Rioja. La grotte de La Paz offre un parcours complet de 236 m. Les stalactites, stalagmites, colonnes et autres formations calcaires sont spectaculaires. La grotte de la Viña possède une seule entrée et sortie et un parcours horizontal de 114 m.

Les visites sont réservées aux groupes et sont guidées. L'itinéraire complet dure environ 1 heure.

Ortigosa de Cameros

Elles se trouvent sur le mont Encinedo. Pour accéder à l'entrée des grottes, il faut traverser le pont de fer à pied depuis la chapelle Santa Lucía. On peut aussi y arriver en empruntant le sentier des Escalerones qui part de la place du village.

Ce sont les seules grottes aménagées pour la visite de La Rioja. La grotte de La Paz offre un parcours complet de 236 m. Les stalactites, stalagmites, colonnes et autres formations calcaires sont spectaculaires. La grotte de la Viña possède une seule entrée et sortie et un parcours horizontal de 114 m.

Les visites sont réservées aux groupes et sont guidées. L'itinéraire complet dure environ 1 heure.

...

Casalarreina

Don Juan Fernández de Velasco, évêque de Calahorra et la Calzada et plus tard de Palencia a commencé la construction du monastère, l'église du monastère abritant son mausolée... À la mort de Don Juan, en 1520, son frère Don Iñigo Fdz de Velasco y de Mendoza prend les travaux du monastère sous sa tutelle. Le connétable de Castille, entre autres titres, membre de la Régence, aux côtés du cardinal Adriano de Utrech agissant en tant que pape élu, inaugure l'église en 1522 sous le nom d'Adriano VI.

Le monastère construit à l'époque dorée de la principale famille d'alors porte la marque de grands maîtres tels que Gil de Hontañon, Felipe de Bigarny, Juan de Rasines, futur maître d'œuvre des Connétables, etc. L'ensemble des bâtiments conventuels, habité par des religieuses Dominicaines Contemplatives cloîtrées depuis sa fondation, couvre 55 000 m2. La construction débute en 1514, les travaux prenant fin dix ans plus tard, soit en 1524. On y trouve une grande unité stylistique sur le modèle des Rois Catholiques.

Étant donné les caractéristiques de la chapelle majeure (croisée d'ogives tréflée complexe et plate), les contreforts y sont plus présents que dans d'autres monuments riojans. La nef correspond au style typique des Rois Catholiques. C'est l'église dont le tracé est le plus soigné de la région.

Le portail principal est sans aucun doute le plus richement orné de la zone. On y trouve aussi un retable en pierre, avec une Piedad au tympan dont le sommet arbore le symbole de l'Eucharistie : le Pélican. L'ensemble du portail est un monument funéraire consacré au Christ, conciliant les doctrines exprimées par les deux langages théologique et allégorique-païen (caractéristiques de la Renaissance néoplatonicienne). Le terme « candelieri » domine.

Sur la porte secondaire, on trouve Bacchus et Hercule comme sauveurs, pionniers de la salvation des âmes et de la résurrection, très utilisés sur les sarcophages romains jusqu'au 3e siècle. Voici la Renaissance humaniste, la PLUS PRIMITIVE INTRODUITE EN ESPAGNE.

Casalarreina

Don Juan Fernández de Velasco, évêque de Calahorra et la Calzada et plus tard de Palencia a commencé la construction du monastère, l'église du monastère abritant son mausolée... À la mort de Don Juan, en 1520, son frère Don Iñigo Fdz de Velasco y de Mendoza prend les travaux du monastère sous sa tutelle. Le connétable de Castille, entre autres titres, membre de la Régence, aux côtés du cardinal Adriano de Utrech agissant en tant que pape élu, inaugure l'église en 1522 sous le nom d'Adriano VI.

Le monastère construit à l'époque dorée de la principale famille d'alors porte la marque de grands maîtres tels que Gil de Hontañon, Felipe de Bigarny, Juan de Rasines, futur maître d'œuvre des Connétables, etc. L'ensemble des bâtiments conventuels, habité par des religieuses Dominicaines Contemplatives cloîtrées depuis sa fondation, couvre 55 000 m2. La construction débute en 1514, les travaux prenant fin dix ans plus tard, soit en 1524. On y trouve une grande unité stylistique sur le modèle des Rois Catholiques.

Étant donné les caractéristiques de la chapelle majeure (croisée d'ogives tréflée complexe et plate), les contreforts y sont plus présents que dans d'autres monuments riojans. La nef correspond au style typique des Rois Catholiques. C'est l'église dont le tracé est le plus soigné de la région.

Le portail principal est sans aucun doute le plus richement orné de la zone. On y trouve aussi un retable en pierre, avec une Piedad au tympan dont le sommet arbore le symbole de l'Eucharistie : le Pélican. L'ensemble du portail est un monument funéraire consacré au Christ, conciliant les doctrines exprimées par les deux langages théologique et allégorique-païen (caractéristiques de la Renaissance néoplatonicienne). Le terme « candelieri » domine.

Sur la porte secondaire, on trouve Bacchus et Hercule comme sauveurs, pionniers de la salvation des âmes et de la résurrection, très utilisés sur les sarcophages romains jusqu'au 3e siècle. Voici la Renaissance humaniste, la PLUS PRIMITIVE INTRODUITE EN ESPAGNE.

...

Anguiano

Valvanera, le nom du monastère, est issu d'une expression latine, « Vallis Venaria », qui signifie « Vallée des veines d'eau » évoquant une vallée abondamment pourvue de sources, ruisseaux et torrents. La construction du sanctuaire trouve son origine dans la découverte d'une statue de Santa Maria datant du 9e siècle par un voleur repenti appelé Nuño Oñez, selon « l'Histoire Latine » écrite par l'Abbé de Valvanera, Don Rodrigo de Castroviejo, en l'an 1419. C'est la traduction en latin d'un texte du 13e siècle, peut-être signé de Gonzalo de Berceo en langue « maternelle vulgaire ».

Le monastère primitif construit autour d'une statue découverte et intégrée par les ermites a laissé la place, au 10e siècle, à la congrégation des Bénédictins. L'église wisigothe primitive fut remplacée par un édifice préroman consacré en l'an 1073, puis par une église romane datant de 1183 dont il ne reste qu'un clocher, avant l'église actuelle du 15e siècle.

La niche de la Virgen de Valvanera, à laquelle on accède par le côté, se trouve sur le grand autel. Elle est présidée par un Christ Pantocrator et au-dessous, les statues de San Pedro, San Pablo, San Benito et San Atanasio.

Le reste du monastère est formé de bâtiments du 20e siècle rendant honneur à la patronne de La Rioja. La statue la plus grande de la Vierge de Valvanera fait l'objet de vénération. Ni l'auteur ni la date ne sont connus, mais ses caractéristiques permettent d'affirmer qu'il s'agit d'une sculpture de style byzantin wisigoth. Elle est à situer dans la première moitié du neuvième siècle lorsque l'Espagne fut prise d'une ferveur rénovée envers la Vierge.

Anguiano

Valvanera, le nom du monastère, est issu d'une expression latine, « Vallis Venaria », qui signifie « Vallée des veines d'eau » évoquant une vallée abondamment pourvue de sources, ruisseaux et torrents. La construction du sanctuaire trouve son origine dans la découverte d'une statue de Santa Maria datant du 9e siècle par un voleur repenti appelé Nuño Oñez, selon « l'Histoire Latine » écrite par l'Abbé de Valvanera, Don Rodrigo de Castroviejo, en l'an 1419. C'est la traduction en latin d'un texte du 13e siècle, peut-être signé de Gonzalo de Berceo en langue « maternelle vulgaire ».

Le monastère primitif construit autour d'une statue découverte et intégrée par les ermites a laissé la place, au 10e siècle, à la congrégation des Bénédictins. L'église wisigothe primitive fut remplacée par un édifice préroman consacré en l'an 1073, puis par une église romane datant de 1183 dont il ne reste qu'un clocher, avant l'église actuelle du 15e siècle.

La niche de la Virgen de Valvanera, à laquelle on accède par le côté, se trouve sur le grand autel. Elle est présidée par un Christ Pantocrator et au-dessous, les statues de San Pedro, San Pablo, San Benito et San Atanasio.

Le reste du monastère est formé de bâtiments du 20e siècle rendant honneur à la patronne de La Rioja. La statue la plus grande de la Vierge de Valvanera fait l'objet de vénération. Ni l'auteur ni la date ne sont connus, mais ses caractéristiques permettent d'affirmer qu'il s'agit d'une sculpture de style byzantin wisigoth. Elle est à situer dans la première moitié du neuvième siècle lorsque l'Espagne fut prise d'une ferveur rénovée envers la Vierge.

...

Alfaro

Témoignage de l'exubérante végétation qui accompagne l'Èbre sur tout son parcours, les coteaux, ou sotos, constituent aujourd'hui des réduits privilégiés pour la vie sauvage. Ce qui autrefois formait un vaste et long couloir continu sur les rives de l'Èbre nous apparaît aujourd'hui fragmenté, sous forme de petites enclaves de biodiversité. Recoins de richesse et de diversité.S'enfoncer dans les sotos ou accéder à îles et plages signifie s'introduire dans l'un des écosystèmes les plus riches et divers de notre territoire.

Exposition permanente et projection de présentation de la réserve naturelle Sotos del Ebro, la colonie de cigognes et l'histoire de la ville d'Alfaro.

Pour connaître toutes les activités organisées par le centre cliquez ici.

Alfaro

Témoignage de l'exubérante végétation qui accompagne l'Èbre sur tout son parcours, les coteaux, ou sotos, constituent aujourd'hui des réduits privilégiés pour la vie sauvage. Ce qui autrefois formait un vaste et long couloir continu sur les rives de l'Èbre nous apparaît aujourd'hui fragmenté, sous forme de petites enclaves de biodiversité. Recoins de richesse et de diversité.S'enfoncer dans les sotos ou accéder à îles et plages signifie s'introduire dans l'un des écosystèmes les plus riches et divers de notre territoire.

Exposition permanente et projection de présentation de la réserve naturelle Sotos del Ebro, la colonie de cigognes et l'histoire de la ville d'Alfaro.

Pour connaître toutes les activités organisées par le centre cliquez ici.

...

Lumbreras de Cameros

Le Centre de la Transhumance se trouve sur un embranchement de la route nationale N-111, juste avant le début du col de Piqueras. Il appartient à l'ensemble architectural récemment restauré de la Venta de Piqueras, propriété de la communauté de communes des treize Villas. Le centre se consacre à la culture des bergers transhumants, forme de vie qui prédominait voici à peine un siècle dans tout le canton de Cameros.

Une exposition rassemble le matériel lié à la transhumance : des vêtements et ustensiles de cuisine jusqu'aux instruments de musique, amulettes, outils de travail et autres objets utilisés par les bergers dans leurs déplacements. Les itinéraires, les normes et coutumes, l'organisation, les croyances et la tradition orale qui formaient la vie quotidienne sont également présentés.

Lumbreras de Cameros

Le Centre de la Transhumance se trouve sur un embranchement de la route nationale N-111, juste avant le début du col de Piqueras. Il appartient à l'ensemble architectural récemment restauré de la Venta de Piqueras, propriété de la communauté de communes des treize Villas. Le centre se consacre à la culture des bergers transhumants, forme de vie qui prédominait voici à peine un siècle dans tout le canton de Cameros.

Une exposition rassemble le matériel lié à la transhumance : des vêtements et ustensiles de cuisine jusqu'aux instruments de musique, amulettes, outils de travail et autres objets utilisés par les bergers dans leurs déplacements. Les itinéraires, les normes et coutumes, l'organisation, les croyances et la tradition orale qui formaient la vie quotidienne sont également présentés.

...

Villoslada de Cameros

Le Centre d'Interprétation du Parc Naturel occupe un bâtiment neuf inauguré en mai 1999 et situé au carrefour des routes qui mènent à la chapelle de la Vierge de Lomos de Orios et à Montenegro de Cameros.

Exposition permanente présentant les principales spécificités du parc naturel grâce à des panneaux, maquettes et différents matériels. Un documentaire (10 minutes) évoque la transformation du paysage, la transhumance, les coutumes et la vie traditionnelle des habitants de Cameros.

Des activités éducatives pour scolaires et groupes sont organisées. On y trouve des renseignements concernant le réseau de sentiers du parc naturel, sur le Parc des Sculptures et sur les normes de circulation de véhicules sur les pistes d'accès restreint.

Pour connaître toutes les activités organisées par le centre, cliquez ici.

Il est également possible de participer au programme de bénévolat du Parc Naturel Sierra de Cebollera.

Villoslada de Cameros

Le Centre d'Interprétation du Parc Naturel occupe un bâtiment neuf inauguré en mai 1999 et situé au carrefour des routes qui mènent à la chapelle de la Vierge de Lomos de Orios et à Montenegro de Cameros.

Exposition permanente présentant les principales spécificités du parc naturel grâce à des panneaux, maquettes et différents matériels. Un documentaire (10 minutes) évoque la transformation du paysage, la transhumance, les coutumes et la vie traditionnelle des habitants de Cameros.

Des activités éducatives pour scolaires et groupes sont organisées. On y trouve des renseignements concernant le réseau de sentiers du parc naturel, sur le Parc des Sculptures et sur les normes de circulation de véhicules sur les pistes d'accès restreint.

Pour connaître toutes les activités organisées par le centre, cliquez ici.

Il est également possible de participer au programme de bénévolat du Parc Naturel Sierra de Cebollera.

...

Lumbreras de Cameros

Le musée ethnographique est logé dans une maison du quartier d'en haut, près de l'église, dans la rue Real de San Andrés de Cameros. Sur trois niveaux, il offre une intéressante collection d'outils et de meubles provenant d'habitations et des anciennes écoles et qui évoquent la vie traditionnelle dans les hameaux de Pajares et de San Andrés, avant la construction du barrage de Pajares. À signaler une stèle funéraire romaine du 1er siècle ap.J.-C.

Le four communal de San Andrés, restauré, est situé à côté de la fontaine et du musée ethnographique, près de l'église. Il peut être visité.

Lumbreras de Cameros

Le musée ethnographique est logé dans une maison du quartier d'en haut, près de l'église, dans la rue Real de San Andrés de Cameros. Sur trois niveaux, il offre une intéressante collection d'outils et de meubles provenant d'habitations et des anciennes écoles et qui évoquent la vie traditionnelle dans les hameaux de Pajares et de San Andrés, avant la construction du barrage de Pajares. À signaler une stèle funéraire romaine du 1er siècle ap.J.-C.

Le four communal de San Andrés, restauré, est situé à côté de la fontaine et du musée ethnographique, près de l'église. Il peut être visité.

...

Arnedo

Le Musée de Sciences Naturelles d'Arnedo, créé en 1975 grâce au mécénat d'Iberdrola et du chercheur Santiago Jiménez, a derrière lui une longue trajectoire puisqu'il a parcouru la plupart des chefs-lieux de province et des grandes villes espagnoles, ce qui en fait une sorte de Musée Itinérant qui a dépassé les cinq millions de visiteurs depuis sa création.

De multiples pièces minérales et fossiles, dûment identifiées, sont réparties dans les différentes sections et exposées dans les vitrines. Les fossiles, classés par périodes, sont présentés dans les salles supérieures et visent à montrer aux élèves et au grand public l'importance du patrimoine paléo-ichnologique de La Rioja pour que, lorsqu'ils visiteront les sites, ils sachent d'avance comment se sont formées les empreintes des dinosaures et comment contribuer à leur conservation. Dans ce qui était autrefois la cave du palais, vous pourrez voir le résultat des fouilles paléontologiques des trente dernières années. L'exposition est complétée par les informations fournies sur les panneaux où cartes, schémas et photos renseignent le visiteur.

Par ailleurs, il existe en magasin pour les établissements scolaires divers matériels pour une exploration pratique sous le slogan : Avec tous les sens.

Arnedo

Le Musée de Sciences Naturelles d'Arnedo, créé en 1975 grâce au mécénat d'Iberdrola et du chercheur Santiago Jiménez, a derrière lui une longue trajectoire puisqu'il a parcouru la plupart des chefs-lieux de province et des grandes villes espagnoles, ce qui en fait une sorte de Musée Itinérant qui a dépassé les cinq millions de visiteurs depuis sa création.

De multiples pièces minérales et fossiles, dûment identifiées, sont réparties dans les différentes sections et exposées dans les vitrines. Les fossiles, classés par périodes, sont présentés dans les salles supérieures et visent à montrer aux élèves et au grand public l'importance du patrimoine paléo-ichnologique de La Rioja pour que, lorsqu'ils visiteront les sites, ils sachent d'avance comment se sont formées les empreintes des dinosaures et comment contribuer à leur conservation. Dans ce qui était autrefois la cave du palais, vous pourrez voir le résultat des fouilles paléontologiques des trente dernières années. L'exposition est complétée par les informations fournies sur les panneaux où cartes, schémas et photos renseignent le visiteur.

Par ailleurs, il existe en magasin pour les établissements scolaires divers matériels pour une exploration pratique sous le slogan : Avec tous les sens.

...

Logroño

Le bâtiment qui abrite actuellement la Maison des Sciences de Logroño est celui de l'ancien abattoir municipal. Construit selon un projet de l'architecte Luis Barrón, aidé par l'ingénieur Gómez Escolar pour la structure du bâtiment, Inauguré en 1910, c'est un bel exemple d'architecture industrielle de Logroño.

Désaffecté comme abattoir dans les années 60, il a connu divers usages jusqu'à la fin des années 90. À cette époque, il fait l'objet d'une profonde rénovation afin de le destiner à son usage actuel. Inaugurée le 22 avril 1999,

la Maison des Sciences possède un grand vestibule qui permet d'accéder aux différentes espaces. Au rez-de-chaussée se trouvent quatre salles pour les expositions temporaires. Au premier étage, après une volée de marches partant du vestibule, vous trouverez une salle de conférences, ainsi que d'autres salles et des ateliers.

Logroño

Le bâtiment qui abrite actuellement la Maison des Sciences de Logroño est celui de l'ancien abattoir municipal. Construit selon un projet de l'architecte Luis Barrón, aidé par l'ingénieur Gómez Escolar pour la structure du bâtiment, Inauguré en 1910, c'est un bel exemple d'architecture industrielle de Logroño.

Désaffecté comme abattoir dans les années 60, il a connu divers usages jusqu'à la fin des années 90. À cette époque, il fait l'objet d'une profonde rénovation afin de le destiner à son usage actuel. Inaugurée le 22 avril 1999,

la Maison des Sciences possède un grand vestibule qui permet d'accéder aux différentes espaces. Au rez-de-chaussée se trouvent quatre salles pour les expositions temporaires. Au premier étage, après une volée de marches partant du vestibule, vous trouverez une salle de conférences, ainsi que d'autres salles et des ateliers.

...

Calahorra

Le passage couvert du cloître a été clos en 1975 lors de l'aménagement de celui-ci en musée diocésain, pour présenter au public les retables et statues, l'orfèvrerie, les tabernacles et calvaires... des villages de La Rioja disparus ou n'ayant pas les moyens de préserver les trésors de leurs églises. C'est donc le diocèse qui les garde en dépôt. En 2000, le cloître a été démonté pour accueillir l'exposition « La Rioja, terre ouverte ». Aujourd'hui, après une période de rénovation et grâce à l'aide des bénévoles de la cathédrale, le musée est de nouveau ouvert aux visites.

Calahorra

Le passage couvert du cloître a été clos en 1975 lors de l'aménagement de celui-ci en musée diocésain, pour présenter au public les retables et statues, l'orfèvrerie, les tabernacles et calvaires... des villages de La Rioja disparus ou n'ayant pas les moyens de préserver les trésors de leurs églises. C'est donc le diocèse qui les garde en dépôt. En 2000, le cloître a été démonté pour accueillir l'exposition « La Rioja, terre ouverte ». Aujourd'hui, après une période de rénovation et grâce à l'aide des bénévoles de la cathédrale, le musée est de nouveau ouvert aux visites.