formularioHidden
formularioRDF
Login

 

Rechercher dans La Rioja Turismo close

COMMENCEZ À TAPER...

Aucun résultat de foin

Panel Information

Utilizamos cookies propias y de terceros para mejorar la experiencia de navegación y ofrecer contenidos de interés. Al continuar con la navegación entendemos que se acepta nuestra política de cookies.

Monastères de Yuso et Suso à San Millán de la Cogolla : berceau de la langue castillane

tipo de documento semantico multilingualitem

Monastères de Yuso et Suso à San Millán de la Cogolla : berceau de la langue castillane

Monasterio de Suso.

Les Monastères de Yuso et Suso, classés au patrimoine mondial, sont situés à San Millán de la Cogolla, dans la vallée du Cárdenas, affluent du Najerilla. Niché dans les contreforts de la Sierra de la Demanda, sous le sommet enneigé en hiver du San Lorenzo, le plus haut de La Rioja (2262 m).

Lemonastère de Suso, qui surplombe celui de Yuso, a été créé à partir des grottes habitées par les ermites disciples de San Millán, au 6e siècle. Les agrandissements successifs ont peu à peu donné lieu à un bâtiment qui reflète bien l'apparition de différents styles architecturaux dans la période comprise entre le 6e et le 10e siècle : wisigoth, mozarabe et roman. L'importance culturelle de Suso est patente si nous considérons la collection de manuscrits et de codex qui sortirent de son scriptorium, l'un des plus brillants du Moyen-Âge en Espagne : le Codex Emilianense des Conciles (992), la Bible de Quiso (664) ou encore une copie de l'Apocalypse du Beato de Liébana (8e siècle). C'est dans ce cadre qu'est apparue celle qui est à ce jour la plus ancienne manifestation écrite de la langue espagnole.

Le monastère de Yuso,construit pour agrandir celui de Suso au 11e siècle, frappe par son envergure. Rebâti aux 16e, 17e et 18e siècles, il conjugue différents styles : Renaissance et baroque principalement. Son musée offre de nombreux trésors artistiques : des peintures de Juan de Rizzi (considéré comme le meilleur des peintres de cloître espagnols) et des cuivres du 17e, ainsi que les coffrets en or et ivoire, du 11e siècle, qui abritent les reliques de San Millán.

À noter aussi le beau chancel, de 1676, qui ferme le chœur sous l'église, et le superbe ensemble de huit statues au dos du chœur, parmi les plus belles de l'imagerie espagnole. Cette même zone de l'église conserve l'un des joyaux du monastère : une chaire en noyer qui semble être de la fin du 16e.

Quant à l'ensemble constitué par la Bibliothèque et les Archives, il peut être tenu pour l'un des meilleurs de l'Espagne monastique. Les archives médiévales contiennent essentiellement deux cartulaires (Gallican et Bullaire) et environ trois cent documents originaux.

La Bibliothèque apparaît telle qu'elle fut définitivement meublée à la fin du 18e siècle. Sa valeur et son intérêt résident, non pas tant dans le nombre d'ouvrages - plus de dix mille -, que dans quelques rares volumes conservés. Une de ces raretés bibliographiques est l' Évangéliaire de Jerónimo Nadal, imprimé à Anvers en 1595. Le fait en soi d'en détenir un exemplaire est exceptionnel mais que toutes les estampes soient peintes une à une l'est encore plus.

Pour toutes les activités réalisées par la Fondation San Millán dans les monastères de Yuso et de Suso, rendez-vous sur : www.emilianensis.com.

À propos de cette ressource...